TÉLÉCHARGER LES CONDITIONS DE LA RENAISSANCE MALEK BENNABI PDF GRATUIT


Conditions de la renaissance, (arabe-français), Alger, l' œuvre de Malek Bennabi, tout simplement parce qu'elle Le paradis promis gratis par le. Les conditions de la renaissance Télécharger de Malek Bennabi pdf. Télécharger PDF Lire en ligne Pourtant, affirme Bennabi, cette civilisation avait plus qu'aucune autre la possibilité de perdurer dans le temps et de marquer l' histoire plus. Auteur: Bennabi Malek Ouvrage: Les conditions de la renaissance Problème d' une civilisation Année: Lien de téléchargement.

Nom: LES CONDITIONS DE LA RENAISSANCE MALEK BENNABI PDF GRATUIT
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Usage Personnel Seulement
Système d’exploitation: Android. Windows XP/7/10. iOS. MacOS.
Taille:14.57 MB

TÉLÉCHARGER LES CONDITIONS DE LA RENAISSANCE MALEK BENNABI PDF GRATUIT

Elle crée, pour une grande part, le phénomène social, grâce à sa puissance irrésistible sur l'ho1nme. Elle creuse dans son âme le sillon profond où lève la moisson de l'histoire. La voix humaine a toujours engendré les tempêtes qui ont changé la face du monde. La voix de Djamal Eddine avait déposé dans la conscience encore assoupie des peuples de l'Islam une simple idée: celle du réveil. Elle est vite devenue une idée force, une force transfor1natrice et créatrice de nouvelles conditions d'existence pour les peuples.

Le rveil des peuples du Sud, leur dcollage et leur rintgration dans l'histoire passent par la cration d'une dynamique qui met fin linertie qui frappe les nergies, bloque les potentialits et ankylose les esprits. Si pour lui, les trois acteurs de l'histoire sont : les personnes, les ides et les choses, et si la civilisation reste une action concerte de ces trois lments elle est, toujours, in fine, fonction d'une ide, son produit, en somme.

(cEl Borhane, 2005. pour la traduction franaise.

Ce qui explique son combat pour initier les jeunes intellectuels la question dterminante des ides, leur rle dans l'histoire et partant, dans la civilisation. Problme essentiel rsoudre, les ides demeurent, ainsi, la base de ce blocage. Les ides, ces tres vivantes qui se placent, au sein au cur de toute dynamique, de toute pope humaine ou, par leur panne, expliquent tous les maux des peuples. En fin de compte, et plus que tout autre facteur, c'est toujours sa majest l'ide qui dtermine l'orientation des socits et fixe leur sort dans le concert des nations.

C'est pourquoi, les victoires se dcideront sur le front de la bataille idologique , crivait Bennabi. L'ouvrage est surtout un tmoignage doubl d'un dmontage du subtil jeu d'un combat contre les ides. Le lecteur trouvera quelques lments dautobiographie livrs travers quelques jalons d'une vie tourmente. L'endurance du penseur, les aspects d'un combat ingal, engag dans l'indiffrence et l'ingratitude.

Tout ce passe, en plus, dans le sillage d'une coalition sinistre entre le colonialisme et la colonisabilit, d'une complicit prilleuse entre le coquin et la moukre, comme il aimait qualifier les deux acteurs en chef, du drame du monde musulman et du tiersmonde, en gnral.

Prface l'dition franaise Les squences de la lutte se passent au Caire. Bennabi, enthousiasm par la Rvolution de juillet il dsenchantera amrement, par la suite , est arriv de France avec son ouvrage LAfro-Asiatisme. Dans cet ouvrage, il appelle un vaste bloc englobant le monde musulman et les espaces chinois et hindous. Une ventualit qui soulvera les craintes des stratges amricains, par la voix de Samuel Huntington, dans son retentissant Le Choc des civilisations, prs d'un demi-sicle aprs.

Militant engag, il relate comment il a t, lui-mme, poursuivi dans la capitale gyptienne par des agents en charge d'une mission aussi spciale que curieuse, du moins pour les intellectuels qui ne croient pas au rle des ides et leur importance capitale : mission de traquer certaines ides et leurs auteurs pour les annihiler et leur soustraire toute efficacit. D'ailleurs, ses msaventures sont explicites dans l'ouvrage. L'ouvrage reste aussi lhistoire d'un combat nbuleux et sournois qui chappe gnralement l'entendement voire aux facults d'assimilation, dans les pays du tiers-monde.

L'auteur avertit que les moyens utiliss ne sont pas exhaustifs. Le combat est long et pnible. Il est livr au mieux dans l'isolement, l'indiffrence et loin de tout appui.

Au pire, il est men dans l'hostilit gnrale de la socit que l'auteur ou le promoteur des ides entend dfendre contre les agressions sournoises, insidieuses et funestes. Bennabi, lui-mme, et son uvre ont pay le tribut de cet appel. Ceux qui sy mettent l'auront fait leur dpends. Ils auront confronter un terrible dilemme : trahir leur socit pour le compte de ses ennemis ou subir les fourbes de ces derniers qui peuvent dresser la socit contre eux.

Lauteur dpeint, parfois pathtiquement, les contours et le fond de cette pnible et paradoxale ralit On comprend mieux pourquoi sa pense est en passe d'tre ensevelie avec lui. Il me reste au terme de cette prsentation de dire mes vifs remerciements Madame Rahma Bennabi, la fille du penseur, pour la confiance qu'elle m'a tmoigne en me demandant de prendre en charge les travaux de traduction de certains ouvrages de son pre.

L'objectif partag est de soustraire de l'oubli une oeuvre profonde, limpide et, pour tout dire, rare et efficace. Alger, juillet Plus j'aime l'humanit en gnral, moins j'aime les gens en particulier. Dostoevski, Les Frres Karamazov.

Lide de lempire se confond avec celle de lhgmonie : depuis les empires orientaux de lAntiquit, la guerre du Ploponnse, paroxysme des luttes pour lhgmonie, jusquen o en Europe le IIIe Reich allait, avec une idologie base biologique , prtendre une hgmonie mondiale, et cette sentence du gnral de Gaulle : Cest une histoire temelle.

Chaque empire, son tour, prtend lhgmonie. Il en sera de mme jusqu la fin du monde. Si nous analysons les empires, leur mode dextension et le type dhgmonie quils ont exercs, nous aurons deux cas de figure : une volont 10 La Lutte idologique hgmonique au sein dune mme civilisation la guerre entre nations de mme culture comme par exemple la bataille de Sadowa ou le cas du IIIe Reich ; une volont hgmonique dune civilisation sur les autres le cas du colonialisme du XIXe sicle.

Pour la premire variante et trs rcemment, les nazis ont fait de lEurope un terrain daffrontements pour des raisons videntes de domination et de puissance, et on pouvait lire les intentions affiches de ses dirigeants: Compte tenu de sa vocation minemment civilisatrice, lAllemagne sera puissance ou ne sera pas.

Avant que Maurice Barrs nanalyse merveilleusement dans Colette Baudoche cet affrontement entre deux civilisations de mme nature avec des arguments nationalistes, Balzac crira sans se donner la peine dessuyer ses pieds qui trempent dans le sang jusquau cheville, lEurope na-t-elle pas sans cesse recommencer la guerre et de Gaulle nous racontera dans ses Mmoires de guerre combien il tait mu lorsque ses parents voquaient devant lui les batailles perdues, le sige de Paris et la sparation de lAlsace, ce qui cultivera chez lui la situation diminue de la France.

Il nourrira dailleurs cette ambition pour que le peuple franais redevienne une vedette de lhistoire. Le reste, tout le reste, est connu. Une Seconde Guerre mondiale avec des millions de victimes. La lutte dans quel but?

La volont de puissance et la domination. Pour la deuxime variante, lexemple le plus probant est sans doute le colonialisme du XIXe sicle.

Cette partie nous intresse particulirement puisque cest cette lutte que Bennabi envisage dans louvrage la Lutte idologique dans les pays coloniss lvolution des mots ne change pas le fond du problme. Or, Bennabi ne sintresse qu un aspect de cette lutte : le comment?

Il crit : Nous nous sommes dj demand comment se conduit le colonialisme Cette question comporte, en fait, deux aspects : le premier a trait la manire comment? Nous l'tudions ici travers le premier aspect uniquement. Or, la question du pourquoi est dun intrt capital pour la nature mme de la lutte. La lutte dans quel but 11 Une lutte doit avoir des motivations, un but et des moyens. Dans cet ouvrage au titre vocateur, la Lutte idologique dans les pays coloniss, le rapport entre coloniss et colonisateurs est vident.

Le colonialisme la civilisation conqurante justifie la question du pourquoi son idologie par des objectifs dordre social, conomique, politique et idologique. La colonisation est dfinie comme se mettre en rapport avec des pays neufs pour profiter des ressources de toute nature de ces pays, les mettre en valeur dans L'intrt national et, en mme temps, apporter aux peuplades primitives qui en sont privs les avantages de la culture intellectuelle, sociale, scientifique, morale, artistique, littraire et industrielle, apanage des races suprieures.

Merignhac, prcis de lgislation et dconomie coloniales. Justification sociale : Nous, les colonisateurs, devons conqurir des terres nouvelles afin dy installer lexcdent de notre population, dy trouver de nouveaux dbouchs pour les produits de nos fabriques et de nos mines. Ccil Rhodes Justification conomique : Il ne faut pas se lasser de le rpter : la colonisation nest ni une intervention philosophique, ni un geste sentimental. Que se soit pour nous ou pour nimporte quel pays, elle est une affaire.

Qui plus est, une affaire comportant invariablement sa base des sacrifices de temps, dargent, dexistence, lesquels trouvent leur justification dans la rmunration. Rondet-Saint Justification politique : La colonisation est la force expansive dun peuple, cest sa puissance de reproduction, cest sa dilatation et sa multiplication travers les espaces ; cest la soumission de lunivers ou dune vaste partie sa langue, scs moeurs, ses ides et ses lois.

Un peuple qui colonise, cest un peuple qui jette les assises de sa grandeur dans lavenir et de sa suprmatie future. Leroy-Beaulieu Justification idologique : Lidologie coloniale associe colonisation et civilisation et pour lgitimer sa conqute, le colonisateur a souvent besoin daffirmer sa mission civilisatrice ou son devoir suprieur de civilisation.

Jules Ferry Foi absolue dans la supriorit de la civilisation europenne et de ses valeurs, voil ce qui justifie le pourquoi de la colonisation : Lide dune 12 La Lutte idologique stricte hirarchie des socits et des civilisations humaines avait puissamment servi lgitimer ses dbuts lentreprise coloniale, la fonder en droit et en raison.

Raoul Girardet, LIde coloniale en France. Nous avons trop damour pour notre pays pour dvouer lexpansion de la pense, de la civilisation franaise. La dimension maritime n'est pas en reste dans cette pense de supriorits et de domination puisque Ratzel crira la mer comme source de la grandeur des peuples.

Notons que Ratzel tait membre fondateur du Comit colonial. Il est retenir que le concept de civilisation est un argument fondamental de lidologie coloniale. On le voit donc bien, le colonialisme a ses justifications le pourquoi , mais aussi ses moyens : des moyens humains et matriels au service dun but.

Les moyens et le but sont les lments essentiels et fondamentaux dune lutte. Quant aux pays coloniss Mais prcisons dabord le sens de la lutte chez Malek Bennabi, car le lecteur peut tre induit penser que le titre de louvrage est belliqueux et empreint dun certain ostracisme. Il nen est rien, car lide et le but de la lutte chez Malek Bennabi sont ldification dune civilisation comme solution aux problmes des pays arrirs en construction.

Cest dans cette vision que sinscrit le titre de louvrage. Homme extrmement sensible ltat de dcadence du monde musulman, Bennabi a lutt pour le changement, pour ldification dune socit consciente de son drame : percer le mystre qui enfante et engloutit les civilisations.

La nature de la lutte est donc civilisationnelle, comme lcrit Emile Barrault Quel nom sest-il donn lOccident dans ses rapports avec La Lutte idologique 13 l'Orient? Il sappelle civilisation.

Mais ne nous y trompons pas : toute socit ne peut prtendre ce qualificatif, car la civilisation nest pas toute forme dorganisation de la vie humaine dans toute socit mais une forme spcifique propre aux socits dveloppes, spcifie dans laptitude de ces socits remplir une certaine fonction laquelle la socit sous-dveloppe nest adapte ni par son vouloir ni par son pouvoir, ou, si lon veut, ni par ses ides, ni par ses moyens, crit Bennabi.

Une autre prcision simpose : dans la perspective de la lutte et ses exigences, Bennabi y a dj confront sa dmarche quon trouve dans ses ouvrages, notamment les Conditions de la renaissance et Vocation de l'Islam. Il a dailleurs, dans la prface de Vocation de lIslam, pris vivement partie des hurluberlus qui prtendaient rsumer sa lutte dans une phrase : Restons nous-mmes.

Sa raction rsume toute son aversion pour les dmarches irrflchies, superficielles. Outr aussi par la faon dsinvolte dont est trait le drame que vit le monde musulman. En outre, dans une lutte, les choses doivent tre bien dfinies et identifies, sous peine de rduire son action une agitation sans consquence.

Le colonialisme, pour Bennabi, nest pas un outil de dmagogie et une phrasologie interminable, ni un alibi pour des contestations striles et parfois sans fondement, un jeu de mots sentimentaux cherchant des motions et non des actions ; cest une ralit intimement lie notre tat civilisationnel et culturel : elle met en cause la responsabilit de lhomme dans toutes ses dimensions.

Il reconnat mme que lentreprise coloniale quand on cesse de la regarder sous langle moral naura pas t en fin de compte tout fait dnue dintrt humain.

Nous devons donc connatre notre rapport avec le colonisateur pour nous dbarrasser de cette fragmentation de la personnalit ou de la dpersonnalisation , phnomne qu' tudi Jacques Berque car le colonialisme est trs habile, ses mthodes sont imperceptibles, il a l'art de changer d'attitude selon les besoins de sa tactique, de matriser les changements, si bien que nous dit Bennabi, quel que soit votre rapport avec 14 La Lutte idologique lui, celui de servitude et de soumission ou de haine et de rvolte.

Autres base documentaires

De srieux clivages peuvent tre ainsi constats entre cette vision ordonne, lucide, efficace, et une vision de la lutte tronque et superficielle, car si la lutte est bien prsente dans les esprits des musulmans, parfois un peu trop, la signification est floue et, par consquent, leurs actions ne sont qu'agitation dans le vide. Tout au long de cet ouvrage, on sapercevra de cette ralit. Toutes les luttes ardentes contre ce que Bennabi appelle le colonialisme lide de la renaissance incarne par les cheikhs Ibn Badis et El Medjaoui, les nationalismes, le problme du Proche-Orient, la confrence de Bandung, la cration de l'Etat du Pakistan, le rle des lites, etc.

Dans ce sicle de la mondialisation , paroxysme de la lutte idologique, les choses doivent tre values leur juste valeur. La lutte idologique est devenue sans conteste un lment de gopolitique moderne et rcemment, un responsable du pays le plus puissant du monde a lanc l'ide dune agence dinformation du XXIe sicle charge de mener la guerre des esprits.

On ne peut tre plus convaincu et convaincant sur l'importance de la lutte idologique. Mais si le concept de mobilisation est important dans le but du changement social et de laction historique, face cette puissance tendue lchelle plantaire, face ce dfi intelligent et puissant, la lutte et la riposte approprie ne peuvent tre que dans une prise de conscience dabord dans le but et ensuite dans les moyens.

Le comment et le pourquoi dans cette lutte restent les seuls lments qui doivent imprativement guider les actions. La lutte dans quel but pour les musulmans? Dans cette lutte, le problme doit tre pos en termes de civilisation. En outre, pour tre prts engager cette lutte, les musulmans doivent se hisser au niveau de la civilisation.

Cest la seule perspective mme de donner un sens et une justification la lutte, sinon nous pouvons dire avec Jean-Marie Domenach : La Lutte idologique 15 Cette Europe dont vous voquiez le dclin na jamais t aussi forte dans les esprits. Le monde soccidentalise toute allure et ce moment-l, ou bien nous sombrons avec lui, ou nous proposons un autre modle. Dieu peut vous faire des hritiers de leur terre, afin quil voie comment vous vous conduirez.

Coran Il reste une ralit : dans cette perspective historique, le musulman impregn des idaux de l'Islam, doit dfendre et agir pour rpandre la justice et vivre en paix avec tous, son action doit tre humaine, esthtique et non exclusive, car comme l'crivait Malek Bennabi : Quelles que soient les voies nouvelles qu'il pourrait emprunter, le monde musulman ne saurait s'isoler lintrieur d'un monde qui tend s'unifier.

Il ne s'agit pas pour lui de rompre avec une civilisation occidentale qui reprsente une grande exprience humaine, mais de mettre au point ses rapports avec elle. Alger, dcembre Malek Bennabi El Maadi, le Caire le 2 mai Nous ny avons reproduit que l'essentiel. Une exprience qui permet de les clairer de lintrieur. La lutte idologique dans les pays coloniss compte parmi ces questions.

Le lecteur ne stonnera pas alors de se trouver devant un crivain qui traite un tel thme partir dun jugement que lui trace sa propre exprience avec tout ce quelle implique comme dtails de sa vie personnelle. Il nest pas ncessaire dvoquer ici les raisons de cette attitude de lcrivain dans les pays coloniss. Cela mnerait, en effet, un long propos sur la situation dans ces pays et sur leurs fondements intellectuels.

Malek Bennabi

Ce sujet sera peut-tre abord, du moins en partie, au cours de cette tude. II suffit nanmoins de dire dans cet avant-propos que lcrivain est accul une telle attitude. La nature du sujet l'y oblige, plus particulirement lorsque des conditions difficiles le forcent dfendre ses ides au cours dune priode dtermine. Alors que la lutte idologique franchit une tape particulire, linstar de ce qui se passe dans les pays coloniss o, trop souvent, on ignore ce combat bien quil se droule lintrieur des frontires et quensuite ils en constituent, eux-mmes, lenjeu.

Il y a dune part cet aspect. De lautre, nous relevons comment, lextrieur, lauteur progressiste ignore de son ct cette lutte : nous constatons, titre dexemple, comment, en participant au combat contre le colonialisme aux cts des coloniss, son action se limite exclusivement au seul domaine politique.

Il se retire et sen lave les mains ds que ce combat prend lallure dune lutte idologique, comme sil nen avait cure, ennuy par sa nouvelle tournure. Il pense, en dautres termes, que l'homme colonis a le 20 La Lutte idologique droit de se dfendre tant que cette dfense se limite strictement au champ politique, mais, une fois transpose au domaine des ides, il estime que cet homme a mis son nez dans un champ auquel il na pas droit.

Il est possible dexpliquer une telle situation par la lourde chape de lopacit qui couvre la lutte idologique dans les pays coloniss ; ce qui place les autochtones lintrieur et les auteurs progressistes lextrieur dans l'incapacit de saisir ses contours. Nanmoins, lexprience montre que parfois, cette ignorance peut tre, dune faon ou dune autre, une simple parodie, le fruit dune simulation. Par ailleurs, les dirigeants politiques nationalistes dans les pays coloniss adoptent dans la bataille des ides - pour des raisons dtermines - une attitude neutre ou ngative, voire hostile.

En dehors des pays coloniss, lcrivain progressiste adopte, pour sa part, une position similaire alors que, engageant le combat contre le colonialisme, il se range aux cts de ce mme colonialisme ds que cette bataille revt un aspect idologique.

En analysant cette attitude trange, lon arrive dduire que lauteur progressiste est contraint, dans une telle bataille, rpondre des considrations qui lui sont inculques ou que son comportement dcoule dans ce domaine de complexes hrits. Dans les deux cas, son attitude lgard de la lutte idologique dans les pays coloniss est une attitude au pire hostile, neutre au mieux.

Si bien que lorsquun crivain originaire de ces pays prsente un livre pour lditer, lauteur progressiste lui consacre trois ou quatre lignes dans son journal pour lannoncer en ces termes : Un livre dont lauteur a adopt une position qui va lencontre de la position dfendue par les partis nationalistes.

Si lon imagine que ce journal est distribu grande chelle dans les pays coloniss o se droule justement la lutte idologique, on mesure alors limpact de cette phrase lourde dambigut sur le sort de luvre. Cela est dautant plus perceptible lorsque le journal concern, abondant dans cette mme ligne aprs sa parution, publie, par exemple, la liste des meilleures ventes du mois en passant compltement sous silence luvre en question1.

Nous assistons ainsi daussi tranges concordances entre les positions de certains crivains progressistes et les plans labors par le colonialisme.

La suspicion et le doute semparent alors de tous ceux qui assistent ces 1. Bennabi relate ici une exprience quil a personnellement vcue.

Avant-propos 21 concidences suspectes au point de se demander : Sagit-il dun simple hasard des choses ou, au contraire, dune action concerte qui porte lestampille de la lutte idologique dans sa forme la plus obscure? Quoi quil en soit, ltude de cet aspect du problme nest pas lobjet de notre essai ici puisquil est ncessaire, en labordant, de prendre en considration les donnes propres la personnalit progressiste et les particularits qui lui sont inhrentes, ce qui nentre pas en ligne de compte dans notre tude.

La colonisation nest pas un simple accident, mais une conséquence inéluctable de notre décadence. Tout le problème est là et même lidée serait vaine si elle ninclut pas cette donnée essentielle que souligne vigoureusement Bennabi en affirant que pour cesser dêtre colonisé, il faut cesser dêtre colonisable.

Cette simple phrase est, je crois, le premier jet de lumière humain qui soit venu éclairer le débat. Une lumière suprême léclairait déjà par ce verset cité ici co1rune le fondement de toute la thèse: Dieu ne change rien à létat dun peuple, tant que celui ci na pas dabord changé son comportement intérieur.

Cependant, lauteur juge utile de fournir encore la justification historique, critique, rationnelle de ce fondement surnaturel qui peut effaroucher lesprit cartésien. Cest cette justification qui lemmène à considérer, dans les pages où se révèle toute la profondeur de sa philosophie, les lois qui régissent le processus des civilisations.

Dès lors, la solution du problème surgit comme une conséquence rigoureuse de cette leçon dhistoire. La doctrine naît fragment par fragment dune façon dialectique à partir de la synthèse fondamentale de toute civilisation: lhomme, le sol, le temps. Cest à partir dune métaphore, dune rare beauté littéraire et dune profonde intuition sociologique mise en apologue à la seconde partie de cette étude, que lauteur commence sa doctrine proprement dite.

Pas à pas, il nous révèle des données qui nous apparaissent secondaires, insoupçonnées et qui prennent ici une importance capitale parce que leur rapport véritable avec notre évolution et notre vie apparaît soudain.

Toute politique implique et généralement ignore quelle implique , disait Valéry, une certaine idée de lhomme et même une opinion sur le destin de lespèce, toute une métaphysique qui va du sensualisme le plus brut jusquà la mystique la plus osée. Sa formation dingénieur le sert sans doute dans la considération technique des choses, mais sa double culture lui permet de les ramener à leur plan humain, avec cette parfaite sérénité qui marque même sa conclusion pathétique.

Ajouterons-nous quil ne sagit pas ici dun travail uniquement utile à lalgérie, car cette étude déborde singulièrement la spécificité algérienne pour embrasser laire de tout le monde musulman où le problème humain se poe avec les mêmes données fondamentales.

Valery, Regards sur le inonde actuel. Nous espérons que cette étude servira à éclairer la marche présente du monde musulman qui doit accorder le réveil de sa conscience au diapason dune conscience universelle qui cherche douloureusement sa plénitude dans la voie de la paix et de la démocratie. Nous voudrions aussi que les grandes puissances accueillent ce réveil, non comme un péril islamique mais comme la renaissance de centaines de millions dhommes qui viennent à leur tour apporter leur contribution à leffort moral et intellectuel de lhumanité.

Puisse, en tout cas, la jeune génération algérienne, placée dans des circonstances plus favorables, promouvoir cette renaissance dont Bennabi sest fait lapôtre et le chantre. Je ne voudrais pas le choquer en lui adressant 1c1 mon hommage personnel comme à un frère et à un maître. Khaldi Alger, novembre 16 Introduction La parution de la première édition du livre en langue arabe a révélé lintérêt croissant que suscitent, dans le monde arabe et le monde musulman en général, les problèmes relevant de la sociologie.

De plus en plus, la génération actuelle fait preuve de son désir de mieux comprendre les faits sociaux et leurs mécanismes. Il est normal, ainsi, quayant lu la première édition de cet ouvrage, certains lecteurs livrent leur opinion sur la manière dont certains faits ont été traités.

Jai senti lors des débats engagés avec ces lecteurs que certaines explications que jai exposées ne leur avaient pas offert léclaircissement souhaité. Parmi les points obscurs figure le rôle de lidée en tant que facteur social qui influe sur lorientation de lhistoire, malgré ma volonté de le préciser.

Il se pourrait que lorsque jai abordé ce point dans la précédente édition, je ne laie pas explicité dans le détail. Jétais, en fait, convaincu par la brève explication du rôle quaccomplit lidée religieuse dans lhistoire ainsi que par les opinions de H.

Keyserling sur le sujet et sur lesquelles je me suis fondé. Je veux parler de ses conclusions sur le rôle de lidée chrétienne dans la synthèse de la civilisation occidentale. Jai abordé ces points de vue dans le chapitre Léternel retour. Les points de vue des lecteurs se sont accordés sur le caractère vague et imprécis de ce point particulier et ils ont, en 15 17 conséquence, proposé, pour y remédier, de lui consacrer un chapitre complet dans le présent ouvrage afin de clarifier le rôle de lidée religieuse dans lhistoire.

Et comme je ne peux que massocier à ces observations dont je reconnais, au demeurant, la pertinence, jai souhaité mettre à profit cette édition pour lui adjoindre un chapitre qui traite en particulier de leffet de lidée religieuse dans le cycle de la civilisation, me fondant cette fois sur les considérations psychosociales aux côtés des considérations historiques qui nous ont convaincus dans la précédente édition.

En fait, lorsque nous abordons les choses sous cet angle, nous livrons au lecteur loccasion pour appréhender lui-même linfluence directe de lidée religieuse sur les faits psychosociologiques qui constituent le phénomène de lhistoire.

Quand nous affirr11ons, dans le chapitre De lentassement à la construction, que lidée religieuse intervient comme un catalyseur dans la synthèse des éléments de lhistoire, nous admettons, par là, une réalité corroborée par lhistoire des civilisations.

Néanmoins, cette confirrnation intervient sous la forrne dun témoignage sur ce phénomène et non sur la forme dune interprétation acceptable de ce même phénomène.

De ce fait, le lecteur a quelque peu raison de ne pas se montrer satisfait de ce témoignage, cest-à-dire de ne pas se laisser convaincre par le jugement du seul historien sans davantage de développements sur lidée religieuse dans son action directe dans la conformation des âmes qui font remuer lhistoire. Cest pour cette raison que jai acquis le sentiment que le lecteur attend plus quun simple témoignage de lhistoire, dans un tel sujet. Il sattend à une analyse où il trouve des études objectives sur ce phénomène.

Je veux dire des études qui abordent les choses dans leur essence et non dans leur for 1ne. Je ne puis prétendre, ici, que cette méthode offre au lecteur une connaissance mathématique du sujet. Cest un sujet où les mathématiques ninterviennent pas, vu quil se rapporte au monde des âmes.

Un monde où lesprit abstrait reste incapable de pénétrer totalement le. Nous pouvons, toutefois, dire que cette voie empruntée offre au lecteur une occasion de saisir comment se produit la catalyse sous limpact de lidée religieuse, grâce à une vision directe, différente de la vision indirecte de lhistoire.

Ce quil faut signaler ici, cest que le chapitre où ce sujet est évoqué, nous lavons rédigé dans létat desprit du sociologue qui tente de clarifier le rôle de lidée religieuse dans la for rnation et lévolution de la réalité sociale. Sachant que ce rôle nest pas tout, pour lidée religieuse. Cest quavant même dentourer la recherche sur son rapport avec le monde du témoignage, nous avons admis dabord son rapport avec le monde de la métaphysique. En termes plus précis, lidée religieuse nassume, à notre sens, son rôle social que dans la mesure où elle sen tient à ses valeurs métaphysiques, cest-à-dire dans la mesure où elle exprime notre vision de lau-delà.

Mais cette vision nest. Le phénomène coranique. Ceci pour mettre en avant sa grande influence en tant que facteur qui déte11nine lorientation de lé,1. Je suppose que ce chapitre reste la première étude qui aborde le rapport entre le principe éthique et le goût esthétique, en tant que lun des principaux critères en sociologie. Ainsi, nous aurons répondu de notre mieux au souhait du lecteur, dans cette édition. Nous souhaitons répondre à son attente avec ce que nous avons joint dinédit pour satisfaire lattente du lecteur, laquelle est le meilleur gage de leffort de lauteur.

Tout ce qui va se réveiller sagite déjà et frissonne dans lengourdissement et les oripeaux du sommeil. Tout à lheure, lastre idéal se lèvera sur ton labeur, déjà commencé, dans la plaine où repose encore la cité endor1nie la veille. J,es premiers rayons du jour nouveau porteront très loin, plus loin que tes pas, lombre de ton geste divin, dans la plaine où tu semes. Et la brise qui passe maintenant portera plus loin que ton ombre la semence que ton geste répand. Sème, ô! Pour plus loin que ton étape, dans le sillon qui va loin.

Quelques voix appellent déjà; les voix que ton pas a réveillées dans la cité lorsque tu partais à ton labeur matinal. Ceux qui, à leur tour, se sont réveillés vont te rejoindre, tout à lheure.

Car voilà: on installe, maintenant à la porte de la cité qui se réveille, la foire et ses amusements pour distraire et retenir ceux qui viennent sur tes pas. On a dressé tréteaux et tribunes pour bouffons et saltimbanques afin que le vacarme couvre les accents de ta voix. On a allumé des lampes mensongères pour masquer le jour qui vient et pour obscurcir ta silhouette dans la plaine où tu vas. On a paré lidole pour humilier lidée Mais lastre idéal poursuit son cours, inflexible. Il éclairera bientôt le triomphe de lidée et le déclin des idoles comme jadis Les efforts des héros qui assument un rôle dans ces épopées ne sont que des efforts déployés pour répondre.

Ils ne luttent pas, conscients, que leur victoire est proche et que la voie du salut de leur société est claire et définie. Leur gloire est plus proche du mythe que de lhistoire.

Si nous interrogeons lun deux sur les motivations de son combat, il ne pourra trouver clairement les raisons liées souvent aux actes historiques. Il sait que tous ses efforts sont vains et que, seules, ses motivations religieuses et sa dignité humaine, lui ont dicté le chemin.

Face à lavancée colonialiste, le rôle des peuples musulmans, au cours du XIXé siècle jusquau premier quart du xxe siècle, nétait quun rôle simplement héroïque. Par définition, un tel rôle nest pas le mieux indiqué pour résoudre lés problèmes qui ont préparé le terrain à la pénétration du colonialisme.

Le peuple algérien ne pourra ni comprendre ni encore moins résoudre son problème tant quil naura pas élevé sa conception au ni veau du drame humain à léchelle universelle, tant quil naura pas pénétré le mystère qui enfante et engloutit les civilisations présentes, civilisations perdues dans la nuit du passé, civilisations futures: ligne lumineuse de lépopée humaine, depuis laurore des siècles jusquà leur consommation! Chaîne prestigieuse où les générations ont soudé, bout à bout, leurs efforts et leurs contradictions et le résultat de tout cela: le.

Les peuples se relayent: chacun a le jour de sa mission marqué à lhorloge où sonnent les heures graves de lhistoire. Lastre se lève pour les peuples qui se réveillent et se couche pour les peuples qui ont sommeil. Aurores bénies des renaissances. Seuils lumineux des civilisatic:1s qui commencent. Crépuscules maussades: quand lastre décline au couchant dune civilisation! En , lheure du crépuscule avait déjà sonné depuis longtemps en Algérie: dès que cette heure-là sonne, un peuple na plus dhistoire.

Les peuples qui dorn1ent nont pas dhistoire, mais des cauchemars ou des rêves Et la silhouette épique du héros légendaire aussitôt sévanouit Il se déploya là surtout où il y avait encore de lespace libre et des coursiers de sang: chez les tribus.

Voir aussi

Le lien tribal demeurait, en effet, dans une société dissoute, le seul lien encore solide, pour unir quelques hommes dans un semblant de mission. Tout le sens de lhistoire est, en effet, dans cette alternative: mtss1on ou soum1ss1on. Seuls les guerriers des tribus pouvaient encore marquer de leurs prouesses ce stade de la résistance algérienne.

En Afrique du Nord, Abdelkrim a clos cette ère de la tribu arabo-berbère. En , les premières voix marquèrent la naissance du jour nouveau et le retour à la vie. C'était un écho lointain, à la voix de Djamal Eddine. Le miracle perpétuel des renaissances jaillissait de la parole de Ben Badis. C'était l'heure du réveil et le peuple algérien, encore engourdi; remue. Il était beau et touchant ce réveil frémissant d'un peuple qui avait les yeux encore pleins de sommeil.

On posait ces questions co1rune des gens qui se réveillaient un peu étonnés, un peu engourdis du so1runeil qu'ils voulaient dissiper.

L'administration voulait douter encore de ce réveil. Il est intéressant de noter combien était lente son adaptation: près de 10 ans après, vers , le préfet d'Alger, rédigeant la fameuse ''circulaire'' qui interdisait les mosquées aux Oulémas islahistes, parlait encore du ''peuple apathique'' de l'Algérie. Cet engourdissement de l'administration algérienne, comme un vieil organe qui ne peut plus s'adapter aisément au milieu, doit être noté cone la cause essentielle du malaise.

Cependant, le milieu était, lui, désormais bien vivant, plein de tous les bouillonnements, de toutes les ferentations, de toutes les énergies. Les idées fusaient, se croisaient, s'entrechoquaient. Elles crevaient parfois comme des bulles d'air à la surface d'une bouilloire. D'autres fois, elles se sublimaient, changeaient d'état, devenaient des actions, des choses concrètes: une médersa, une , Le kémalisme, le wahhabisme, l'européanisme, le matérialisme se présentaient comme autant de voies à la conscience algérienne.

On arborait ici un kalpak pour s'afficher partisan du programme social kémaliste: émancipation de la fe11rme, enseignement laïque, code civil A Les conditions de la renaissance Mais d'une manière générale, toutes les tendances convergeaient en un point: la volonté de bouger, de changer, de quitter la zaouïa pour l'école, le bistrot pour quelque chose de plus pieux ou de plus utile. Il faut se renouveler: ce fut d'abord le leitmotiv et la devise de toute l'école islahiste issue de Badis.

Raisonnement juste, qui implique l'art d'enfanter une civilisation comme un phénomène social à partir de conditions toujours identiques. Tout cela était dit avec conviction, dans une langue lyrique, avec force citations coraniques et d'émouvantes évocations de la civilisation musulmane Le peuple religieux est mélomane.