TÉLÉCHARGER RÉVEILLE LA BEDOUINE EN TOI PDF


Nhs4fvmbgmjo - Download and read Habiba bent Mouloud's book RÉVEILLE LA BEDOUINE EN TOI in PDF, EPub, Mobi, Kindle online. Free RÉVEILLE LA. Je lire RÉVEILLE LA BEDOUINE EN TOI en ligne gratuit n'étais pas tout à fait sûr de ce à quoi m'attendre, mais la description n'a RÉVEILLE LA BEDOUINE EN. 4 févr. Ce livre Réveille la bédouine en toi! je l'ai découvert par le biais d' instagram. Ce n'est pas ma source de choix de lecture habituelle, mais le.

Nom: RÉVEILLE LA BEDOUINE EN TOI PDF
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Libre!
Système d’exploitation: iOS. Windows XP/7/10. MacOS. Android.
Taille:50.65 Megabytes

TÉLÉCHARGER RÉVEILLE LA BEDOUINE EN TOI PDF

Une table de jardin. Quelques chaises. Deux transats. Maurice et Delphine, un couple de bobos parisiens, arrivent, fourbus. Maurice tire derrière lui une valise à roulettes Vuitton. De voyager au milieu de tous ces animaux? Et la vue est magnifique.

Au collège Gagarine. Brigitte — Vous avez raison, Delphine. Ça doit être à cause de cette homophobie… Delphine — Pardon? Brigitte — Remarquez, la maison est grande. Et si on est presque en famille. Pourquoi on ne passerait pas les vacances ensemble? Delphine — Ensemble? Patrick — On partage le loyer!

Brigitte — Et pour la bouffe, on fait une cagnotte. Patrick — Comme avec nos amis. Maurice — Vos amis? Brigitte — Ceux qui sont morts décédés! Brigitte — Si encore il y avait des trucs bien à la télé! Ou plutôt le désert. Pas votre… patronyme. Delphine — Delphine. Comme mon pote au collège! Brigitte — Je vous ressers un apéro? Maurice — Merci, ça ira… Patrick — Et tu es dans quoi, Momo? Maurice — Euh, je suis journaliste… Patrick — Le Parisien?

France Soir? Maurice — Golf Magazine International.

Delphine — Je suis peintre. Brigitte — Peintre? Patrick à Brigitte — Toi qui voulais refaire ta cuisine, il faudra que tu lui demandes un devis! Delphine — Des vaches, principalement. Delphine — Des veaux aussi, parfois. Maurice — Ma femme est artiste peintre. Delphine — Peintre animalier.

Et vous pourriez faire mon portrait? Patrick — Je suis dans le surgelé. Brigitte — Moi? Maurice émoustillé — Un salon de massage…? Delphine — À part notre nom, vous voulez dire? Patrick — Bon, Bébé, tu vas préparer la soupe? Je commence à avoir les crocs, moi… Brigitte — Vous allez manger avec nous? Ils sortent. Maurice — À part attendre… Delphine — Ah, non, pas question que je passe une nuit dans cette baraque avec ces deux abrutis!

Tu es un mou!

Download PDF And Explore Documents Platform

Maurice — Tu as une solution? Delphine — Je ne sais pas moi! Delphine — Fais voir… Elle essaie à son tour sans résultat. Delphine — Celle-là est une vraie. Comment on a pu se tromper? Maurice — Je ne savais pas que la nôtre était une fausse! Maurice — Plus rien?

Delphine — Ben nos papiers ne sont pas dans la poche extérieure de cette valise là! Maurice — Dis-moi la vérité, Delphine. Patrick — Ben vous en faites une tête?

Delphine — On nous a volé la nôtre. Delphine — Plus le choix? Patrick — Pour notre invitation à casser la graine! La graine de couscous! Allez, bébé, tu mets deux couverts de plus? Maurice — En boîte? Brigitte revient avec deux assiettes et deux boîtes de plus. Maurice et Delphine en restent bouche bée. Patrick — Même pas un maillot de bain pour aller à la piscine. Brigitte — Je vous en prêterai un, si vous voulez!

Brigitte — Vous voulez que je vous prête une robe? On trouvera peut-être de quoi se changer dedans… Brigitte — Bon ben on vous attend pour manger le couscous alors… Noir. Patrick et Brigitte sont évidemment surpris. Déguisés comme ça, ils ne vous laisseront jamais rentrer à Paris. Ou alors en boat people! Brigitte — Ah, non, mais ça vous va super bien! Patrick — Et si tu nous faisais un petit numéro de danse du ventre à la fin du repas, Delphine, hein?

Delphine pincée — Alors on se tutoie, maintenant…? Brigitte — Je vous sers? Brigitte fait le service en plaçant une boîte de couscous dans chaque assiette. Ils mangent. Patrick — Un petit coup de rouquin? Air ahuri de Delphine. Maurice — Monsieur te propose du vin.

Delphine — Tu aurais dû faire interprète dans le au lieu de grand reporter à Golf Magazine… Patrick — Alors dis-moi, Momo, tu dois en voir du pays, avec ton job? Patrick — Vous êtes passionné de golf? Maurice — Le père de ma femme est le patron du journal. Brigitte — Patrick, ce serait plutôt le foot! Hein, Patou? Il est très bricoleur, vous savez. Maurice est un peu embarrassé. Delphine préfère poursuivre le cours de ses pensées. Brigitte se lève. Patrick et Brigitte sortent.

Delphine — La valise! Delphine — Je ne sais pas moi… Pour nous faire une blague!

Patrick et Brigitte reviennent, et croisent Delphine qui sort. Brigitte — Où est-ce que vous allez? On va manger les loukoums! Delphine — Je vais juste… me rafraîchir un peu. Patrick hilare — Alors, Momo, salam alikoum, mon frère! Brigitte — Arrête de le taquiner. Patrick — Il faut bien se marrer un peu, non? On est en vacances!

Brigitte — Quel Momo? Patrick — Mon pote au Collège Gagarine! Brigitte — Mohamed Martin? Patrick — Sa mère était arabe, et son père français. Patrick — Mohamed Martin! Tout le monde le charriait avec ça… Quand il se foutait en boule, il se mettait à bégayer. Maurice bégayant — Non, non… Je… Je ne crois pas… pas.. Patrick — Momo? Patrick — Ok… Delphine revient. Je vais préparer un peu de thé à la menthe… Maurice — Alors?

Delphine — Nos affaires ne sont pas dans leur chambre… Ils ont deux valises. Maurice — Des trafiquants de couscous en boîte? Delphine — Et si ces boîtes contenaient autre chose… Maurice — Comme quoi? Delphine — Je ne sais pas, moi… De la drogue… Maurice — Qui pourrait être assez con pour introduire dans un pays du Maghreb de la drogue planquée dans des boîtes de couscous équitable…? Leurs regards se tournent en même temps vers Patrick et Brigitte qui viennent de revenir.

Patrick — Ça y est, la vaisselle est faite! Patrick — Mais ça ne règle pas votre problème de valoche, tout ça. Maurice — Notre adresse en France, oui.

Brigitte — Ça ne va pas vous avancer beaucoup si le type renvoie votre valise en France… Patrick — Et sur la valise que vous avez, il y a une adresse? Un numéro de téléphone? Maurice ramène la valise. Il crochète la valise avec une fourchette. Suzanne, ouvre-toi! Et voilà! Consternation générale. Delphine — On dirait du cyrillique. Patrick — Du quoi? Maurice — Ça doit être des roubles… Delphine — Oh, mon Dieu… Brigitte — Qui peut bien partir en vacances au Maghreb avec une valise pleine de roubles?

Delphine — La mafia russe. Delphine — Des mules? Oh, mon Dieu! Il faut absolument se débarrasser de cet argent! Delphine — Vous avez raison!

Maurice — Et si le type qui nous a loué la maison était dans le coup? Delphine — Ils sont peut-être financés par les Tchétchènes? Brigitte — Nous? Delphine — On débarque ici, ils y sont déjà. Et comme par hasard, ils portent le même nom que nous! On ne les connaît pas, après tout! Maurice — Ce sont des compatriotes, tout de même… Delphine — Des compatriotes? Ils habitent le ! Maurice — Tu y es déjà allée? Patrick — Vous débarquez chez nous, comme ça, avec vos grands airs.

Delphine — Chez vous? Hein, Maurice? Enfin dis quelque chose, toi! Je vais mettre la viande dans le torchon, moi. Tu viens bébé? Non mais sans blague! Maurice et Delphine restent là, passablement désemparés. Delphine — On est toujours vivants…? Maurice — Je crois.

Habiba Bent Mouloud : « Réveille la Bédouine en toi »

Delphine — Et la valise est toujours là…? Maurice — La date de péremption est dépassée… Ça devait être en promo. Maurice — Un coup monté? Delphine — Genre camera cachée, tu vois. Ou des gens planqués quelque part qui nous observent en se fendant la pipe. Delphine — Pas vraiment en fait. Patrick — Bon, excusez-moi pour hier soir, hein, je me suis un peu emporté.

On vous attend pour le petit déjeuner? Maurice et Patrick esquissent un sourire et sortent. Tu rigoles! Maurice et Delphine reviennent. Brigitte — Un peu de café?

Réveille la bédouine en toi ! Habiba bent Mouloud

Maurice — On a bien réfléchi. Patrick — Ils attendent peut-être un moment plus propice. Patrick — Attendez encore un peu, pour voir si le propriétaire rapplique?

Brigitte — La mafia tchétchène! Delphine perplexe — Franchement, je ne sais plus trop quoi penser… Brigitte — Bon, je vais refaire un peu de café. Patrick — Laisse, je vais y aller… Brigitte — Tu es sûr que tu vas y arriver?

Patrick — Mais oui! Tu es en vacances, après tout. Les trois autres restent là, plongés dans leurs pensées. Le téléphone de Brigitte sonne. Brigitte — Allo? Maurice et Brigitte lui lancent un regard interrogateur. Delphine — Un type au téléphone avec un accent bizarre. Delphine — Un échange de valises! Maurice — Mais pourquoi il a appelé sur le portable de Brigitte? Après avoir récupéré la valise.

Tout ça à cause de vous! Brigitte se précipite sur la bouteille de rouge. Maurice — Moi aussi… Noir. Dans la pénombre, un homme en djellaba capuche relevée vient récupérer la valise avec précaution. La lumière revient. Brigitte — Venez vite! Maurice et Delphine arrivent à leur tour. Brigitte lui enlève sa capuche.

Brigitte — Patrick! Delphine — Plus le choix? Patrick — Pour notre invitation à casser la graine! La graine de couscous! Allez, bébé, tu mets deux couverts de plus? Maurice — En boîte? Brigitte revient avec deux assiettes et deux boîtes de plus. Maurice et Delphine en restent bouche bée. Patrick — Même pas un maillot de bain pour aller à la piscine. Brigitte — Je vous en prêterai un, si vous voulez! Brigitte — Vous voulez que je vous prête une robe? On trouvera peut-être de quoi se changer dedans… Brigitte — Bon ben on vous attend pour manger le couscous alors… Noir.

Patrick et Brigitte sont évidemment surpris. Déguisés comme ça, ils ne vous laisseront jamais rentrer à Paris. Ou alors en boat people! Brigitte — Ah, non, mais ça vous va super bien! Patrick — Et si tu nous faisais un petit numéro de danse du ventre à la fin du repas, Delphine, hein?

Delphine pincée — Alors on se tutoie, maintenant…? Brigitte — Je vous sers? Brigitte fait le service en plaçant une boîte de couscous dans chaque assiette. Ils mangent. Patrick — Un petit coup de rouquin? Air ahuri de Delphine. Maurice — Monsieur te propose du vin. Delphine — Tu aurais dû faire interprète dans le au lieu de grand reporter à Golf Magazine… Patrick — Alors dis-moi, Momo, tu dois en voir du pays, avec ton job?

Patrick — Vous êtes passionné de golf? Maurice — Le père de ma femme est le patron du journal. Brigitte — Patrick, ce serait plutôt le foot!

Hein, Patou? Il est très bricoleur, vous savez. Maurice est un peu embarrassé. Delphine préfère poursuivre le cours de ses pensées. Brigitte se lève. Patrick et Brigitte sortent. Delphine — La valise! Delphine — Je ne sais pas moi… Pour nous faire une blague!

Patrick et Brigitte reviennent, et croisent Delphine qui sort. Brigitte — Où est-ce que vous allez? On va manger les loukoums! Delphine — Je vais juste… me rafraîchir un peu. Patrick hilare — Alors, Momo, salam alikoum, mon frère! Brigitte — Arrête de le taquiner. Patrick — Il faut bien se marrer un peu, non? On est en vacances! Brigitte — Quel Momo? Patrick — Mon pote au Collège Gagarine!

Brigitte — Mohamed Martin? Patrick — Sa mère était arabe, et son père français. Patrick — Mohamed Martin! Tout le monde le charriait avec ça… Quand il se foutait en boule, il se mettait à bégayer. Maurice bégayant — Non, non… Je… Je ne crois pas… pas..

Patrick — Momo?

Patrick — Ok… Delphine revient. Je vais préparer un peu de thé à la menthe… Maurice — Alors? Delphine — Nos affaires ne sont pas dans leur chambre… Ils ont deux valises. Maurice — Des trafiquants de couscous en boîte? Delphine — Et si ces boîtes contenaient autre chose… Maurice — Comme quoi? Delphine — Je ne sais pas, moi… De la drogue… Maurice — Qui pourrait être assez con pour introduire dans un pays du Maghreb de la drogue planquée dans des boîtes de couscous équitable…?

Leurs regards se tournent en même temps vers Patrick et Brigitte qui viennent de revenir. Patrick — Ça y est, la vaisselle est faite! Patrick — Mais ça ne règle pas votre problème de valoche, tout ça. Maurice — Notre adresse en France, oui.

Brigitte — Ça ne va pas vous avancer beaucoup si le type renvoie votre valise en France… Patrick — Et sur la valise que vous avez, il y a une adresse?

Un numéro de téléphone? Maurice ramène la valise. Il crochète la valise avec une fourchette. Suzanne, ouvre-toi! Et voilà! Consternation générale. Delphine — On dirait du cyrillique.

Patrick — Du quoi? Maurice — Ça doit être des roubles… Delphine — Oh, mon Dieu… Brigitte — Qui peut bien partir en vacances au Maghreb avec une valise pleine de roubles? Delphine — La mafia russe. Delphine — Des mules?

Oh, mon Dieu! Il faut absolument se débarrasser de cet argent! Delphine — Vous avez raison! Maurice — Et si le type qui nous a loué la maison était dans le coup? Delphine — Ils sont peut-être financés par les Tchétchènes? Brigitte — Nous? Delphine — On débarque ici, ils y sont déjà.

Et comme par hasard, ils portent le même nom que nous! On ne les connaît pas, après tout! Maurice — Ce sont des compatriotes, tout de même… Delphine — Des compatriotes? Ils habitent le ! Maurice — Tu y es déjà allée? Patrick — Vous débarquez chez nous, comme ça, avec vos grands airs. Delphine — Chez vous? Hein, Maurice? Enfin dis quelque chose, toi! Je vais mettre la viande dans le torchon, moi. Tu viens bébé? Non mais sans blague! Maurice et Delphine restent là, passablement désemparés.

Delphine — On est toujours vivants…? Maurice — Je crois. Delphine — Et la valise est toujours là…? Maurice — La date de péremption est dépassée… Ça devait être en promo. Maurice — Un coup monté? Delphine — Genre camera cachée, tu vois. Ou des gens planqués quelque part qui nous observent en se fendant la pipe. Delphine — Pas vraiment en fait. Patrick — Bon, excusez-moi pour hier soir, hein, je me suis un peu emporté. On vous attend pour le petit déjeuner? Maurice et Patrick esquissent un sourire et sortent.

Tu rigoles! Maurice et Delphine reviennent. Brigitte — Un peu de café? Maurice — On a bien réfléchi. Patrick — Ils attendent peut-être un moment plus propice. Patrick — Attendez encore un peu, pour voir si le propriétaire rapplique? Brigitte — La mafia tchétchène!

Delphine perplexe — Franchement, je ne sais plus trop quoi penser… Brigitte — Bon, je vais refaire un peu de café. Patrick — Laisse, je vais y aller… Brigitte — Tu es sûr que tu vas y arriver? Patrick — Mais oui! Tu es en vacances, après tout. Les trois autres restent là, plongés dans leurs pensées. Le téléphone de Brigitte sonne.

Brigitte — Allo? Maurice et Brigitte lui lancent un regard interrogateur. Delphine — Un type au téléphone avec un accent bizarre. Delphine — Un échange de valises! Maurice — Mais pourquoi il a appelé sur le portable de Brigitte?

Après avoir récupéré la valise. Tout ça à cause de vous! Brigitte se précipite sur la bouteille de rouge. Maurice — Moi aussi… Noir. Dans la pénombre, un homme en djellaba capuche relevée vient récupérer la valise avec précaution.

La lumière revient. Brigitte — Venez vite! Maurice et Delphine arrivent à leur tour. Brigitte lui enlève sa capuche. Brigitte — Patrick! Delphine — Tu vois? Brigitte — Eh, surveille ton langage, pouffiasse. Tu parles de mon homme, là! Maurice — Et comment on aurait fait, nous, si le type qui a téléphoné était vraiment venu récupérer son fric? Patrick — Essaye toujours, Momo. Maurice — On est entre gens civilisés, non? Et nous sommes dans un pays qui vient à peine de reconquérir la démocratie.

Delphine — Quelle part?

Textes et affiches

Patrick — La moitié. Ou alors je déballe tout. Delphine — Déballez quoi?

Comme pour le couscous. Maurice ouvre la valise et ils examinent de plus près les billets. Delphine — Comment vous savez ça? Je me souviens très bien à quoi ressemblaient les billets. Maurice — Vous avez bien une pleine valise de couscous en boîte périmé! Delphine — Ils sont peut-être encore échangeables.

Brigitte — Non, plus depuis le premier janvier Maurice — Comment vous savez ça? Brigitte — Tout ça pour quoi? Patrick — Pour du fric! Ça va nous remettre de nos émotions. Ils trinquent. Delphine — Pas les drachmes, en tout cas. Brigitte — Tout est bien qui finit bien, comme disait ma mère. Un temps. Maurice — Ils nous feront des papiers provisoires pour rentrer en France. Brigitte — Sinon, on vous en prêtera. Tiens Momo, je vais commencer par te refiler des fringues, tu ne peux pas rester déguisé comme ça… et moi non plus.

Brigitte sort pour téléphoner, suivie de Patrick et Maurice qui vont se changer. Brigitte — Bon ben je vais faire un peu de rangement moi. Brigitte cherche une fréquence sur la radio. Speaker — Les inquiétudes se précisent quant à la sortie de la Grèce de la zone euro, une réunion… Brigitte change de station et on entend de la musique orientale.

Elle fait un peu de rangement. Patrick et Maurice reviennent. Patrick a remis sa tenue précédente, et Maurice a adopté une tenue similaire à celle de Patrick, genre très beauf. Brigitte — Ah, ça vous va très bien. Patrick — Encore un petit coup de rouquin. Maurice — Allez! Patrick remplit les verres. Delphine revient. Delphine — Ça y est. Je leur ai laissé notre adresse… Delphine remarque la tenue de Maurice. Brigitte — Ça change, non? Il fait plus jeune, comme ça, vous ne trouvez pas?

Delphine — Comment tu sais ça, toi? Au Collège Gagarine.

Avec Patrick. Delphine — Quoi? Brigitte — Alors ça, pour un coming out!